Le Coran : mon véritable ennemi (7/10)

Publié le par Satan

Les miracles mathématiques dans le Coran

 

La plupart des scientifiques contemporains sont agnostiques et s'ils professent une croyance religieuse, ils gardent la science et leur religion dans des compartiments totalement séparés de leurs vies.

L'opinion scientifique conventionnelle considère les mathématiques comme étant le plus grand exemple de domaine où la raison est suprême, où les émotions n'entrent pas en ligne de compte, où on sait avec certitude et où on sait que l'on sait ; et où les vérités d'aujourd'hui seront des vérités pour toujours. Cette opinion considère la religion, par  contraste, comme un domaine de pures croyances qui n'est pas affecté par la raison. Donc, dans l'opinion des scientifiques, toutes les religions sont égales parce que toutes ont été incapables de vérification ou de justification.

 

Pour qu'un sujet soit un fait prouvé, que ce soit une loi de la physique ou les dix commandements de la Torah, preuve doit être faite. La preuve implique, fondamentalement, qu'une déclaration est vraie sans aucune ombre de doute. C'est une validation et une certification. C'est le sceau de l'autorité, le pouvoir mathématique, le voltage électrique qui vitalise l'affirmation statique de n'importe quel sujet. La preuve est, par conséquent, une célébration du pouvoir de la raison à l'état pur.

 

La preuve est une procédure par laquelle une proposition concernant la réalité invisible peut être irrévocablement établie par un procédé de déduction et de conclusion et peut être, par conséquent, rendue acceptable pour tous. Etant donné qu'une question mathématique n'aura qu'une seule réponse définie, alors différents mathématiciens, utilisant de différentes méthodes, travaillant dans différents siècles et lieux arriveront à la même réponse. Ainsi, une preuve mathématique n'est pas affectée par le temps et l'espace.

 

Galilée a déclaré que les mathématiques sont le langage dans lequel Dieu a écrit l'univers. Ceci est désormais un fait évident. L'univers s'exprime naturellement dans le langage des mathématiques. La force de gravité diminue plus la distance augmente, les planètes tournent autour du soleil en ellipses, etc. Les mathématiques sont, par conséquent, un équivalent symbolique de l'univers. C'est la science de la quantité et de l'espace, des modèles et des structures. C'est la méthodologie où l'hypothèse mène à une conclusion.

 

Les mathématiques font parties intégrantes de toutes les sciences, les quelques exemples sont : la médecine, l'astronomie, la physique, l'ingénierie, la sociologie et la psychologie.

 

Vous êtes dans l'âge de la science et de la raison. Il est impossible pour une personne intelligente d'accepter l'existence de Dieu ou d'une origine divine d'une religion avec une foi aveugle. Vous avez besoin d'une preuve venant de Dieu Lui-même et s'Il est vraiment ce qu'Il vous dit qu'Il est, à savoir omniscient et omnipotent, Il devrait être capable de vous donner une preuve écrasante.

 

La seule Ecriture qui est toujours préservée dans son ensemble et dans sa langue originelle est le Dernier Testament (Le Coran). C'est un fait que la Torah originale des prophètes d'Israël est perdue, vous ne possédez pas l'Evangile de Jésus, mais celui de ses disciples et vous ne possédez pas non plus les Ecritures originales des Hindous et des Bouddhistes.

 

Ce que vous avez maintenant ce sont des écrits d'humains qui professent connaître les

Ecritures originales.

 

Le Coran a été entré dans un ordinateur dans les années 70. Un phénomène unique, qui n'a jamais été observé dans aucun autre livre, a été découvert.

Depuis, une évidence irréfutable en est ressortit : le langage original de la révélation a été écrit de manière à se conformer à un modèle mathématique complexe. Tandis que les recherches continuaient, il a été découvert que chaque élément du livre était composé mathématiquement – les chapitres, les versets, les mots, le nombre de certaines lettres, le nombre et la variété de certains noms divins, l'orthographe unique de certains mots et beaucoup d'autres éléments. Grâce à ce codage mathématique minutieux, la moindre tentative de déformation du texte ou de l'arrangement physique du Coran est immédiatement découverte.

La composition mathématique ne laisse aucun doute quant à son origine divine. Les nombres ne mentent pas.

 

L'objectif de cette partie est de vous présenter un système mathématique implanté dans le Coran. Ce système mathématique est si entremêlé, si entrelacé et si omniprésent dans cette Ecriture que c'est au-delà des probabilités que ce soit une coïncidence ou une fabrication humaine. Cela prouve ainsi sa divinité et donc l'existence de Dieu. Le système incorporé a été récemment dévoilé à l'aide d'un ordinateur qui a analysé le texte de l'Ecriture. C'est une opportunité parfaite pour les gens qui veulent confirmer ou renforcer leur croyance en Dieu et qui ne veulent pas accepter quoique ce soit avec une foi aveugle.

 

Depuis la révélation du Coran, beaucoup d'érudits qui étudiaient le Coran essayaient de comprendre, en vain, la signification des initiales et des chapitres paraphés. Cependant, leur signification est restée un mystère jusqu'à récemment.

 

Le texte mathématiquement composé d'une Ecriture sert à deux choses : d'outil d'authentification et de gardien pour protéger et préserver l'Ecriture.

Dans les chapitres suivants de ce livre, il sera présenté au lecteur des faits et non des opinions. Toutes les vérifications possibles ont été faites pour assurer l'exactitude de ces faits. Toutefois, il incombe au lecteur de les vérifier, quand c'est possible, aussi bien que d’y réfléchir. En effet, cette forte recommandation est donnée par le Coran lui-même :

« Vous ne devez accepter aucune information à moins que vous ne les ayez vérifiées par vous-mêmes. Je vous ai donné l’ouïe, la vue, et un cerveau ; et vous êtes responsables de les utiliser. » (17:36).

 

Conception mathématique de la Basmalah

Cette phrase figurant au début des sourates et qu’on traduit habituellement par « Au nom de Dieu, le Tout Gracieux, le Tout Miséricordieux »

Les quatre mots (en Arabe) et les 19 lettres ont été mis ensemble selon un système mathématique basé sur le nombre 19, et qui est humainement impossible à composer. Ce système remarquable est basé sur les nombres et les valeurs alphanumériques des lettres qui constituent les quatre mots de la Basmalah.

 

FAIT 1. La Basmalah se compose de 19 lettres arabes.

 

FAIT 2. Le numéro de séquence de chaque mot de la Basmalah suivi par le nombre de lettres dont le mot est composé forme un nombre à 8 chiffres qui est un multiple de 19 :

1 3 2 4 3 6 4 6 = 19 x 19 x 36686

 

FAIT 3. Remplacez le nombre de lettres de chaque mot du fait 2 par la valeur alphanumérique du mot. Ainsi, le numéro de séquence de chaque mot est suivi par sa valeur alphanumérique totale, pour former un nombre à 15 chiffres qui est un multiple de 19 :

1 102 2 66 3 329 4 289 = 19 x 5801401752331

 

FAIT 4. Remplacez la valeur alphanumérique totale de chaque mot du fait 3 par la valeur alphanumérique de chaque lettre du même mot. Par exemple, la valeur alphanumérique totale du premier mot, 102, est remplacée par 2 60 40. De la même façon, la valeur alphanumérique totale du second mot, 66, est remplacé par 1 30 30 5 et ainsi de suite. Le résultat est un nombre à 37 chiffres qui est un multiple de 19 :

1 2 60 40 2 1 30 30 5 3 1 30 200 8 40 50 4 1 30 200 8 10 40

= 19 x 66336954226595422109686863843162160

 

FAIT 5. Insérez le numéro de séquence de chaque lettre de chaque mot avant sa valeur alphanumérique dans le fait 4. Par exemple, les valeurs alphanumériques des lettres du premier mot sont 2 60 40. Quand on insère les numéros de séquences des lettres, on a 1

2 2 60 3 40, où les numéros de séquences sont en italique et les valeurs alphanumériques sont en gras. De la même façon, les valeurs alphanumériques des lettres du second mot sont 1 30 30 5. Quand on insère les numéros de séquences des lettres, on obtient 1 1 2 30 3

30 4 5 et ainsi de suite. Quand tous les nombres sont mis ensemble, le résultat est un nombre à 56 chiffres qui est un multiple de 19 :

1 1 2 2 6 0 3 4 0 2 1 1 2 3 0 3 3 0 4 5 3 1 1 2 3 0 3 2 00 4 8 5 4 0 6 5 0

4 1 1 2 3 0 3 2 00 4 8 5 1 0 6 4 0

= 19 x 590843895848580686595 ...

 

FAIT 6. Remplacez la valeur alphanumérique totale de chaque mot du fait 3 par la somme des valeurs alphanumériques de la première et la dernière lettre du mot. Par exemple, la valeur alphanumérique du premier mot, 102, est remplacée par 42. Le nombre 42 est la somme de 2 et 40, qui sont les valeurs alphanumériques de la première et la dernière lettre du premier mot. De la même façon, la valeur alphanumérique totale du second mot, 66, est remplacé par 6, la somme de 1 et de 5. En répétant ce procédé pour les quatre mots de la Basmalah, vous obtenez un nombre à 11 chiffres qui est un multiple de 19 :

1 42 2 6 3 51 4 41 = 19 x 748755339

(2+40) (1+5) (1+50) (1+40)

 

FAIT 7. Considérez les nombres utilisés dans le fait 2 et le fait 3. Dans le fait 2, le numéro de séquence de chaque mot est suivi du nombre de lettres (3, 4, 6 et 6) du mot.

Dans le fait 3, on remplace le nombre de lettre par les valeurs alphanumériques des mots

(102, 66, 329 et 289). Maintenant, pour ce cas, le numéro de séquence de chaque mot sera suivi de la somme du nombre de lettres et la valeur alphanumérique du mot. Donc, le nombre qu'on utilise pour le premier mot sera 105 (3 + 102). Ça sera 70 (4 + 66) pour le second mot, 335 (6 + 329) pour le troisième mot et 295 (6 + 289) pour le quatrième mot.

Ainsi le numéro de séquence de chaque mot de la Basmalah est suivi, respectivement, des nombres 105, 70, 335 et 295 pour former un nombre à 15 chiffres qui est aussi un multiple de 19 :

1 105 2 70 3 335 4 295 = 19 x 5817212281805

(3+102) (4+66) (6+329) (6+289)

 

FAIT 8. Considérez le fait 2 où le numéro de séquence de chaque mot de la Basmalah est suivi par le nombre de lettres du mot. Dans ce cas, le numéro de séquence de chaque mot sera suivi du nombre total de lettres des mot précédents (s'il y en a) et de ce mot (total cumulatif). Par exemple, le nombre de lettres des quatre mots de la Basmalah sont, respectivement, 3, 4, 6 et 6. Alors, le total cumulatif du nombre de lettres sera de 3 pour le premier mot. Il sera de 7 (3 + 4) pour le second mot, 13 (3 + 4 + 6) pour le troisième mot et finalement 19 (3 + 4 + 6 + 6) pour le dernier mot. Donc, on note le numéro de séquences de chaque mot suivi du total cumulatif du nombre de lettres correspondant au mot. Le résultat est un nombre à 10 chiffres qui est un multiple de 19 :

1 3 2 7 3 13 4 19 = 19 x 69858601

(3+4) (3+4+6) (3+4+6+6)

 

FAIT 9. Ce fait est similaire au fait 8. Dans ce fait, au lieu du total cumulatif du nombre de lettres pour chaque mot, on utilise le total cumulatif des valeurs alphanumériques des lettres correspondant au mot. Par exemple, la valeur alphanumérique des lettres des quatre mots de la Basmalah sont, respectivement, 102, 66, 329 et 289. Alors, le total cumulatif des valeurs alphanumériques des lettres sera de 102 pour le premier mot. Il sera de 168 (102 + 66) pour le second mot, 497 (102 + 66 + 329) pour le troisième mot et finalement 786 (102 + 66 + 329 + 289) pour le dernier mot.

Donc, on note le numéro de séquences de chaque mot suivi du total cumulatif des valeurs alphanumériques des lettres correspondant au mot. Le résultat est un nombre à 16 chiffres qui est un multiple de 19 :

1 102 2 168 3 497 4 786 = 19 x 58011412367094

(102+66) (102+66+329) (102 + 66 + 329 + 289)

 

FAIT 10. La valeur alphanumérique de chaque lettre est suivie par son numéro de séquence (de 1 à 19) dans la Basmalah pour former un nombre à 62 chiffres qui est multiple de 19. Les numéros de séquences sont en gras :

2 1 6 0 2 4 0 3 1 4 3 0 5 3 0 6 5 7 1 8 3 0 9 2 00 1 0 8 1 1 4 0 1 2 5 0 1 3

1 1 4 3 0 1 5 2 00 1 6 8 1 7 1 0 1 8 4 0 1 9 = 19 x 113696858647647 …

Dans ce fait, chacun des quatre mots de la Basmalah est souligné pour montrer les nombres représentant ces mots. Cette information sera utile pour comprendre le prochain fait.

 

FAIT 11. Insérez le numéro de séquence de chaque mot (1, 2, 3 et 4) à la fin des nombres soulignés du fait 10, tout en gardant tous les nombres tels quels. Le résultat est un nombre à 66 chiffres qui est un multiple de 19. Les numéros de séquences des nombres sont en italique :

2 1 6 0 2 4 0 3 1 1 4 3 0 5 3 0 6 5 7 2 1 8 3 0 9 2 00 1 0 8 1 1 4 0 1 2 5 0 1 3 3

1 1 4 3 0 1 5 2 00 1 6 8 1 7 1 0 1 8 4 0 1 9 4 = 19 x 1136968584963 …

 

FAIT 12. Considérez les nombres du fait 11 et remplacez les numéros de séquences des mots (1, 2, 3 et 4) avec leurs valeurs alphanumériques (102, 66, 329 et 289), tout en gardant tous les autres nombres tels quels. Le résultat est un nombre à 73 chiffres et aussi un multiple de 19 :

2 1 6 0 2 4 0 3 102 1 4 3 0 5 3 0 6 5 7 66 1 8 3 0 9 2 00 1 0 8 1 1 4 0 1 2 5 0 1 3

329 1 1 4 3 0 1 5 2 00 1 6 8 1 7 1 0 1 8 4 0 1 9 289 = 19 x 113696858432 …

 

FAIT 13. Cette fois-ci changeons les valeurs alphanumériques des mots (102, 66,

329 et 289) de place dans le fait 12 et faisons-les précédez les mots, au lieu de les mettre à la suite de ceux-ci. Le nombre résultant, toujours à 73 chiffres, est aussi un multiple de 19 :

102 2 1 6 0 2 4 0 3 66 1 4 3 0 5 3 0 6 5 7 329 1 8 3 0 9 2 00 1 0 8 1 1 4 0 1 2 5 0

13 289 1 1 4 3 0 1 5 2 00 1 6 8 1 7 1 0 1 8 4 0 1 9 = 19 x 5379790738 …

 

FAIT 14. Pour chaque mot de la Basmalah, notez ce qui suit :

a) Le nombre de lettres du mot

b) La valeur alphanumérique totale du mot

c) La valeur alphanumérique de chaque lettre du mot

Par exemple, considérez le premier mot de la Basmalah. Il est composé de 3 lettres.

La valeur alphanumérique totale de ces lettres est de 102. Les valeurs alphanumériques individuelles de chaque lettre sont, respectivement, 2, 60 et 40. Donc, on note 3 102 2 60

40 pour le premier mot et ainsi de suite. Le nombre entier comporte 48 chiffres et il est un multiple de 19. Voici ce nombre avec chaque mot souligné séparément :

3 1 02 2 60 40 4 6 6 1 30 30 5 6 3 29 1 30 200 8 40 50 6 2 89 1 30 200 8 10 40

= 19 x 16327686340 …

 

FAIT 15. Dans le fait 14, les valeurs alphanumériques totales des mots sont en gras.

Maintenant, j’attire votre attention sur ces nombres en gras que je place en dernière position de chaque mot souligné. Le nombre résultant, toujours à 48 chiffres, est aussi un multiple de 19 :

3 2 60 40 1 02 4 1 30 30 5 6 6 6 1 30 200 8 40 50 3 29 6 1 30 200 8 10 40 2 89

= 19 x 17160005390 …

 

FAIT 16. Représentons chacun des quatre mots de la Basmalah par les numéros de séquences des lettres dont ils sont composés. Par exemple, le premier mot est représenté par 123, étant donné qu'il comporte les trois premières lettres de la Basmalah. Le second mot est représenté par 4567 étant donné qu'il comporte les lettres 4, 5, 6 et 7. De la même façon, le troisième mot est représenté par 8910111213 et le quatrième mot par 141516171819, étant donné qu'ils contiennent, respectivement, les lettres 8 à 13 et 14 à 19.

Si on additionne ces quatre nombres représentant les mots de la Basmalah, le résultat est un nombre à 12 chiffres qui est un multiple de 19 :

123 + 4567 + 8910111213 + 141516171819

= 150426287722 = 19 x 7917173038

 

FAIT 17. Considérez les nombres qui représentaient chaque mot dans la Basmalah dans le fait 16. Au lieu d'additionner ces nombres, on note chacun d'eux suivi par le numéro de séquence du mot. Par exemple, le premier nombre, 123, qui représente le premier mot, est suivi par 1. Le second nombre, 4567, qui représente le deuxième mot, est suivi par 2 et ainsi de suite. Le résultat est maintenant un nombre à 33 chiffres et aussi un multiple de 19 :

1 2 3 1 4 5 6 7 2 8 9 10 11 12 13 3 14 15 16 17 18 19 4

= 19 x 64813512047900 ...

 

FAIT 18. Ce fait est basé sur trois nombres seulement. Vous savez que la

Basmalah est composé de quatre mots, 19 lettres avec une valeur alphanumérique totale des 786. Maintenant, mettez ces nombres ensemble. Le résultat est un nombre à 6 chiffres et un multiple de 19 :

4 19 786 = 19 x 22094

 

FAIT 19. La Basmalah est le verset 1 du Coran. Elle comporte 19 lettres arabes. Ces

19 lettres constituent les quatre mots dont les nombres de lettres respectifs sont 3, 4, 6 et

6. En se basant sur ces informations, notons 1 pour le numéro du verset, suivi par 19 pour le nombre de lettres et suivi par 3, 4, 6 et 6 pour les lettres de chaque mot de la Basmalah.

Le résultat, comme suit, est un nombre à 7 chiffres :

1 19 3466 = 19 x 19 x 19 x 174

Comme vous le voyez, le nombre n'est pas seulement une fois ou deux fois, mais trois fois un multiple de 19. Est-ce plausible qu'un système mathématique si complexe, entrelacé et absolument redoutable soit une pure coïncidence ?

 

La Basmalah manquante

La Basmalah occupe une position toute particulière dans le Coran. Elle est la déclaration d'ouverture dans chacun des 114 chapitres du Coran, excepté le chapitre 9.

L'absence de la Basmalah dans le chapitre 9 avait déconcerté des générations de gens qui avaient étudié le Coran durant ces 14 derniers siècles. En fait, plusieurs théories étaient avancées pour expliquer ce phénomène. Finalement, il s'avère que ceci fait aussi partie de la composition mathématique qui a été incorporée de façon complexe dans le Coran.

Etant donné que le Coran comprend 114 (19 x 6) chapitres, l'absence de Basmalah dans le chapitre 9 devrait avoir pour conséquence un total de 113 Basmalahs dans le Coran, un nombre qui n'est pas multiple de 19. Pourtant, si vous commencez à les compter à partir du chapitre 9, vous trouvez que la Basmalah manquante est compensée, exactement 19 chapitres plus loin, dans le chapitre 27. Ce chapitre contient deux Basmalahs, un au début et un dans le verset 30. Par conséquent, le nombre total de Basmalahs dans le Coran est restitué et s'élève à 114 ou 19 x 6 en comptant la Basmalah additionnelle du chapitre 27.

Il y a non seulement le fait que la Basmalah manquante se trouve 19 chapitres plus loin, mais aussi le fait que la somme du numéro de chapitre et du numéro de verset dans lequel la Basmalah supplémentaire se trouve s'élève à 57 (27 + 30) ou 19 x 3. Ceci est vraiment remarquable et cela vous montre que le Coran est comme un puzzle dont les pièces s'assemblent selon un système mathématique basé sur le nombre 19.

La connexion entre la Basmalah manquante et supplémentaire vous mène à réfléchir de manière plus approfondie sur la conception mathématique de Coran. Si vous additionnez les numéros de chapitres en commençant à partir du chapitre 9 (sans Basmalah) jusqu'au chapitre 27 (avec une Basmalah supplémentaire), le total est de 342 (9 + 10 + 11 + ... + 27 = 342). Ce total est un multiple de 19, comme cela devait être, étant donné que la somme de 19 nombres consécutifs est un multiple de 19. Cependant, ce qui est remarquable c'est que si vous comptez le nombre de mots arabes de la première Basmalah du chapitre 27 à la seconde du verset 30 du même chapitre, vous trouvez que le total est exactement le même que celui du nombre au-dessus, 342 ou 19 x 18.

Le résumé des faits mathématiques dont on a traité dans cette partie est donné dans ce qui suit :

 

FAIT 20. Il y a 114 (19 x 6) chapitres dans le Coran.

 

FAIT 21. Il y a 19 chapitres de la Basmalah manquante du chapitre 9 à la Basmalah supplémentaire se trouvant dans le chapitre 27 (les deux inclus).

 

FAIT 22. La Basmalah supplémentaire se trouve dans le chapitre 27, verset 30. La somme de ces deux numéros s'élève à 57 ou 19 x 3.

 

FAIT 23. Le nombre de mots arabes de la première Basmalah du chapitre 27 à la seconde du verset 30 du même chapitre est de 342 ou 19 x 18. C'est le même nombre que celui obtenu en faisant la somme de tous les numéros de chapitres depuis le chapitre 9 (sans Basmalah) jusqu'au chapitre 27.

 

FAIT 24. Les quatre mots de la Basmalah

La fréquence d'occurrence de chaque mot (arabe) de la Basmalah dans tout le Coran (en excluant les Basmalahs sans numéro) est systématiquement un multiple de 19. Ces mots sont ISM, ALLAH, AL-RAHMAN et AL-RAHIM. Leurs sens français sont, respectivement, NOM, DIEU, TOUT GRACIEUX et TOUT MISERICORDIEUX.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :