Propagande / Désinformation / Manipulation (2/2)

Publié le par Satan

Les sondages

Il s'agit d'une désinformation plus subtile basée sur l'intérêt financier d'entreprises spécialisées à taire les limites de leur méthodologie : les biais d'échantillonnage, les « effets de halo », et effets de cadrage (formulation des questions), et l'impossibilité théorique de calculer une précision lorsque l'on ne dispose pas d'une base de recensement, rendent en effet leurs résultats imprécis, et, plus grave, d'une précision inconnue.

Exemple : le sondage qui conclue que les français considèrent à plus de 60% que le placement dans la pierre (immobilier) reste le placement le plus sûr. Avec au passage des éléments démontrant que le sondage était réalisé de manière très professionnelle, auprès d’un échantillon représentatif avec des méthodes et tout… mais en omettant de dire que c’est un site immobilier qui a commandité le sondage -et donc orienté les questions dans le sens qu’il souhaite- et qu’il a choisi le 11 octobre 2008 comme date de sondage (comme par hasard une date ou la bourse (d’actions) est totalement effondrée avec la crise financière).

Ce sont de fausses nouvelles propagées sur Internet. Aussi appelées hoax en anglais, elles ont souvent un but mercantile (faux hommes d'affaires « Nigérians », enfant à sauver d'une maladie si rare qu'aucun médecin n'en a jamais entendu parler, scoop bidon, phishing...)

Les rumeurs

Les rumeurs, dont l'origine et l'authenticité sont sujettes à caution, sont souvent utilisées pour tromper l'opinion et l'amener à justifier des actions ou des décisions politiques.

Dans les milieux économiques, les rumeurs peuvent servir à faire monter ou baisser artificiellement le cours des actions (comme des rumeurs de rachat de telle banque par telle autre banque si ca vous rappelle quelque chose).

Techniques de P-D-M

Un certain nombre de méthodes, inspirées notamment de la psychologie sociale, sont employées par mes alliés pour créer des messages persuasifs, mais faux.

Je propose ci-dessous quelques techniques classiques, dont la plupart reposent sur une bonne utilisation de votre émotivité.

La peur : quand vous avez peur, vous êtes en situation de réceptivité passive, et vous admettez plus facilement l'idée que je veux vous inculquer. Vous connaissez certainement des pays (lointains bien sûr) où des gouvernants se sont fait élire en maniant la peur de  l’étranger et de l’immigration, de l’insécurité, de l’islamisation d’un continent ?! Il est vrai que cette technique de P-D-M ne trompe pas tout le monde, mais il faut se rappeler que pour se faire élire, la différence se fait avec 2 ou 3 % des voix seulement !

Appel à l'autorité : l'appel à l'autorité consiste à citer (malhonnêtement le plus souvent) des personnages « importants » pour soutenir une idée, un argument, ou une ligne de conduite. Selon les endroits et les époques, ces personnages diffèrent. On trouve pêle-mêle De Gaulle, Mitterrand, le Pape, Bouddha, Le Dallai Lama, Gandhi, Léon Blum, Socrate…

Témoignage : les témoignages sont des mentions, dans ou hors du contexte, particulièrement cités pour soutenir ou rejeter une politique, une action, un programme, ou une personnalité donnée. La réputation (ou le rôle : expert, figure publique respectée, etc.) de l'individu est aussi exploitée. Les témoignages marquent du sceau de la respectabilité le message de propagande.

Effet moutonnier : cet appel tente de persuader l'auditoire d'adopter une idée en insinuant qu'un mouvement de masse irrésistible est déjà engagé ailleurs pour cette idée. Comme tout le monde préfère être dans le camp des vainqueurs que dans la minorité qui sera écrasée, cette technique permet de préparer l'auditoire à suivre le propagandiste.

Redéfinition, révisionnisme : consiste à redéfinir des mots ou à falsifier l'histoire de façon partisane.

Obtenir la désapprobation : cette technique consiste à suggérer qu'une idée ou une action est adoptée par un groupe adverse, pour que l'auditoire désapprouve cette idée ou cette action sans vraiment l'étudier. Ainsi, si un groupe qui soutient une politique est mené à croire que les personnes indésirables, subversives, ou méprisables la soutiennent également, les membres du groupe sont plus enclins à changer d'avis (et ce même si la politique en question est bonne).

Généralités éblouissantes et mots vertueux : les généralités peuvent provoquer une émotion intense dans l'auditoire. Par exemple, faire appel à l'amour de la patrie, au désir de paix, à la liberté, à la gloire, à la justice, à l'honneur, à la pureté, etc., permet de tuer l'esprit critique de l'auditoire. Même si ces mots et ces expressions sont des concepts dont les définitions varient selon les individus, leur connotation est toujours favorable. De sorte que, par association, les concepts et les programmes du propagandiste seront perçus comme tout aussi grandioses, bons, souhaitables et vertueux.

Imprécision intentionnelle : il s'agit de rapporter des faits en les déformant ou de citer des statistiques sans en indiquer les sources. L'intention est de donner au discours un contenu d'apparence scientifique, sans permettre d'analyser sa validité ou son applicabilité.

Transfert : cette technique sert à projeter les qualités positives ou négatives d'une personne, d'une entité, d'un objet ou d'une valeur (un individu, un groupe, une organisation, une nation, un patriotisme, etc.) sur un tiers, afin de rendre cette seconde entité plus (ou moins) acceptable. Cette technique est utilisée, par exemple, pour transférer le blâme d'un camp à l'autre, lors d'un conflit.

Simplification exagérée : ce sont des généralités employées pour fournir des réponses simples à des problèmes sociaux, politiques, économiques, ou militaires complexes.

Quidam : pour gagner la confiance de son auditoire, le propagandiste emploie le niveau de langage et les manières (vêtements, gestes) d'une personne ordinaire. Par projection, l'auditoire est aussitôt plus enclin à accepter les positions du propagandiste, puisque celui-ci lui ressemble.

Stéréotyper ou étiqueter : cette technique utilise les préjugés et les stéréotypes de l'auditoire pour le pousser à rejeter l'objet de la campagne de propagande (réfléchissez 2 minutes aux stéréotypes que les médias vous proposent en France sur les banlieues et leurs habitants).

Bouc émissaire : en jetant l'anathème sur un individu ou un groupe d'individus, accusés à tort d'être responsables d'un problème réel (ou supposé), le propagandiste peut éviter de parler des vrais responsables, et n'a pas à approfondir le problème lui-même (pensez au immigrés comme bouc émissaire pour le chômage en France).

Slogans : un slogan est une brève expression, facile à mémoriser et donc à reconnaître, qui permet de laisser une trace dans tous les esprits.

Glissement sémantique : technique consistant à remplacer une expression par une autre afin de la décharger de tout contenu émotionnel et de la vider de son sens (euphémisme). Le glissement sémantique peut à l'inverse renforcer la force expressive pour mieux émouvoir l'auditoire. Exemples : "frappe aérienne" à la place de "bombardement", "dommages collatéraux" à la place de "victimes civiles", "libéralisme" à la place de "capitalisme", "loi de la jungle" à la place de "libéralisme", "solidarité" à la place d'"impôt", "pédagogie préventive" à la place de "répression policière", "intervention humanitaire préventive" à la place d'" intervention militaire ", "instauration de la démocratie en Irak" à la place de "instauration d’un pouvoir allié des Etats-Unis pour mettre la main sur les ressources pétrolières de l’Irak, provoquer une guerre entre sunnites et chiites, présence militaire durable dans cette zone stratégique – pétrole de l’Irak, proximité des monarchies pétrolières du golf, Israël, étape de l’encerclement de la chine à moyen terme, base militaire au cœur des pays musulmans pour combattre l’islam, réalisation d’une étape du dessin pseudo-biblique porté par les néoconservateurs, etc…", en même temps, je les comprends bien : "instauration de la démocratie en Irak" est beaucoup plus simple à comprendre et plus joli !

Pavlov : en explorant expérimentalement au début du XXe siècle des voies simples de conditionnement animal par la récompense ou la punition ouvre des perspectives de compréhension de certains réflexes comportementaux pouvant être déclenchés par des stimuli. (Il faisait tinter une cloche lorsque qu'il présentait à un chien de la nourriture. En répétant l'expérience le tintement de cloche déclenchait la salivation, même sans présentation de nourriture. Ce comportement - qu'il n'avait pas avant - est le résultat de ce conditionnement). Pavlov a démontré qu'on peut utiliser de nombreux stimuli et programmer de nombreuses réactions organiques réflexes. Ici, la répétition du stimulus est un facteur essentiel.

Liste "MISE" : Ce n'est pas à proprement parler une méthode de manipulation mentale sauf dans son aspect "E". "MISE" signifie : Money, Ideology, Sex et Ego et recense les leviers psychologiques que les services secrets, notamment pendant la Guerre froide auraient utilisés pour obtenir des informations ou de la collaboration d'agents ennemis. "Acheter" ses services, le convaincre, le compromettre (ou le rendre dépendant sexuellement) et enfin par manipulation mentale, généralement en le flattant, selon des protocoles inspirés d'études et d'expérimentations de psychologie.


Manipulation par l'angoisse et la violence :
Le principe présuppose qu'un individu en état de peur a les réactions de fuite et d'évitement les plus primaires, et donc les plus prévisibles. Les fonctions complexes du cerveau n'offrant pas de solution immédiate seraient désactivées, rendant l'individu manipulable face à l'urgence d'échapper à une situation d'extrême angoisse. Le sujet terrorisé - comme l'animal poursuivi par le chasseur - ne pourrait éviter les pièges qu'on lui tend. Ainsi, il fera tout pour échapper à sa peur et fera ce qu'on souhaite de lui. Même s'il sait que cela ne réussira pas ou qu'il mente. La
terreur est effectivement utilisée depuis l'antiquité pour assurer le pouvoir des despotes, basée par exemple sur la désignation de boucs-émissaires, la torture, la menace, la « méthode par l'exemple » appuyée par les dénonciations, interrogatoires, enlèvements, disparitions et exécutions aléatoires.

Quelques stratégies spécifiques pour contrôler l'opinion publique et la société :

La stratégie de la diversion :

Elément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l'attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d'informations insignifiantes.

La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s'intéresser aux connaissances essentielles.

 « Garder l'attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » (extrait de "Armes silencieuses pour guerres tranquilles") 

 Créer des problèmes, puis offrir des solutions :

Cette méthode est aussi appelée "problème-réaction-solution". On crée d'abord un problème, une "situation" prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu'on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore: créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

La stratégie du dégradé :

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l'appliquer progressivement, en "dégradé", sur une durée de 10 ans. C'est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles ont été imposées depuis les années 1980. Chômage massif, précarité, flexibilité, baisse du pouvoir d’achat, délocalisations, salaires n'assurant plus un revenu décent, recul d’âge de la retraite, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

La stratégie du différé :
Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme "douloureuse mais nécessaire", en obtenant l'accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d'accepter un sacrifice futur qu'un sacrifice immédiat. D'abord parce que l'effort n'est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que "tout ira mieux demain" et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s'habituer à l'idée du changement et l'accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.
Exemple récent: le passage à l'Euro et la perte de la souveraineté monétaire et économique ont été acceptés par les pays Européens en 1994-95 pour une application en 2001. Autre exemple: les accords multilatéraux du
FTAA que les USA ont imposé en 2001 aux pays du continent américain pourtant réticents, en concédant une application différée à 2005.
 

S'adresser au public comme à des enfants en bas-âge :

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental.

Exemple typique: la campagne TV française pour le passage à l'Euro ("les jours euro"). Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi?
"Si on s'adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d'une personne de 12 ans."  (cf. "
Armes silencieuses pour guerres tranquilles").

Faire appel à l'émotionnel plutôt qu'à la réflexion :

Faire appel à l'émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l'analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l'utilisation du registre émotionnel permet d'ouvrir la porte d'accès à l'inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements.

Maintenir le public dans l'ignorance et la bêtise :

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage.

"La qualité de l'éducation donnée aux classes inférieures doit être de la plus pauvre possible, de telle sorte que le fossé de l'ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures."
(cf. "
Armes silencieuses pour guerres tranquilles")

Encourager le public à se complaire dans la médiocrité :

Encourager le public à trouver "cool" le fait d'être bête, vulgaire, et inculte... (du genre Homer Simpson).

Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l'individu qu'il est seul responsable de son malheur, à cause de l'insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l'individu s'auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l'un des effets est l'inhibition de l'action. Et sans action, pas de révolution!

Connaître les individus mieux qu'ils ne se connaissent eux-mêmes :
Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le "système" est parvenu à une connaissance avancée de l'être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l'individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

Cibles et victimes de la manipulation :

La manipulation visant une personne ou un groupe peut prendre des formes discrètes et variées : manœuvres politiques ou électorales, marketing, management, gestion du personnel ou systèmes mafieux.

Une idée commune est que la recherche du pouvoir par la manipulation aurait suscité la création de types ou catégories de cibles, de caractéristiques de vulnérabilité et de "points sensibles" permettant de manipuler la conscience individuelle ou collective.

L'idée que les individus ont des comportements de caste ou d'ethnie ou religieux déterminant la plupart de leurs comportements a longtemps prévalu, justifiant des dérives de type racistes, manipulatoires et/ou ciblant un bouc-émissaire.

Plus récemment, ce sont le contrôle de l'information, et la connaissance des catégories socioprofessionnelles et de leur capacité à consommer qui semblent aussi intéresser les études de marché, la Bourse, le monde de la publicité. Les économistes, les outils statistiques et informatiques sont interrogés. L'omniprésence des techniques publicitaires, dans la rue et dans les médias, peuvent donner l'impression qu'une manipulation des individus plus fine et plus discrète s'exerce dans les démocraties, sans violence physique, alors qu'elle est plus visible dans les régimes totalitaires.

La victime est souvent déjà fragilisée et susceptible de se sentir plus facilement coupable de quelque chose. Une "bonne victime" prend facilement sur elle la responsabilité du comportement du manipulateur et accepte les accusations en venant. Elle est sensible au jugement des autres ou essaye de nuire le moins possible.

Effets sur la victime : Ce sont d’inexplicables malaises, tel qu’anxiété, sentiment d’infériorité, culpabilité, qui peuvent générer l'isolement, la peur, l’agressivité, des dépressions nerveuses rendant la personne encore plus vulnérable à la manipulation (il ne faut pas oublier qu’un de mes buts intermédiaires et de détruire l’esprit critique et le discernement chez les hommes). Ces malaises sont souvent si intenses qu’ils engendreront des problèmes liés au stress tels que maladies nerveuses, troubles digestifs, troubles du sommeil, problèmes cardiaque, etc. voire dans les cas extrême pousser la victime au suicide.

La démocratie vous protège-t-elle du P-D-M ?

Les techniques de P-D-M ont toujours cours dans les démocraties, sous des noms sympas comme la communication politique par exemple.

Dans une dictature, la conservation du pouvoir est assurée par des moyens coercitifs ; dans une démocratie, les moyens de conquête ou de conservation du pouvoir sont fondés sur la persuasion. L'art officiel, s'il est "décrété" ouvertement sous des régimes totalitaires, se manifeste subtilement en démocratie. Le pouvoir médiatique prime alors le pouvoir militaire.

Les principaux aspects du P-D-M dans une démocratie sont les suivants :

  • influence médiatique (radio, télévision, presse, publicité, internet, téléphone).
  • confusion volontaire : justification de la vente d'un produit par des principes éthiques, ou inversement, promotion d'une opération humanitaire en usant des techniques de communication des entreprises privées.
  • valorisation sémantique : « mondialisation » par exemple.
  • manipulation de l'opinion publique à l'aide de statistiques ou de sondages biaisés.
  • falsification de l'image : retouches vidéo, fausses images.
  • auto-censure des rédactions soumises ou dressées.
  • informations partiales : traitement de la guerre en Irak par Fox News par exemple.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :