Les églises (2/4)

Publié le par Satan

Les nouvelles approches

Je vais vous expliquer ce qui se passe de nos jours, ou comment j’utilise la foi évangélique à des fins d'impérialisme, de domination des esprits, de pouvoir absolu !

Tout d’abord : Le savez-vous ? Il y a des missionnaires (Américains le plus souvent) partout ! Imaginez-vous que dans chaque résidence à Marseille, il y en a deux en moyenne. Ils quadrillent chaque pays, chaque zone, chaque résidence. Consciencieusement. Il en part un, il en arrive deux. On en trouve même dans les pays Musulmans ! Et surtout, comme pas hasard,  là où on peut faire jouer des projets sécessionnistes et anti-arabes, comme avec les Kabyles et les Berbères au Maghreb, ou avec les minorités kurdes d'Irak. Diviser pour régner, encore et toujours ! (je ne m’en lasse pas).

Mes missionnaires sont très organisés, bien équipés, et fort bien dotés financièrement. Avec les Américains, d'ailleurs, tout s'achète, même l'ordre, même les consciences. A coups de dollars, de promesse d'emploi ou de visa, on détourne de la religion traditionnelle, de la famille et même de la communauté. Et si on ne peut pas agir ouvertement, on opère discrètement, et même secrètement, en se présentant comme médecin, militant d'association humanitaire, etc. Tout est bon pour arriver à ses fins. Le salut, c'est bien, mais c'est encore mieux si l'on se soumet, ou, surtout, si l'on se sépare de sa communauté, ce qui permet de l'affaiblir, voire de la déstabiliser. Il ne faut pas croire que le prosélytisme soit toujours sincère ! Il est d'abord animé par des considérations pratiques, intéressées, car il s'agit d'abord d'attiser le choc des civilisations. Chez mes soldats zélés, on est chrétien jusqu'à un certain point !

Et ce n'est pas fini ! L'action des missionnaires, financée par les Etats-Unis, est relayée par de nombreuses radios et télévisions, bénéficiant notamment du soutien du Congrès, de la CIA, du Pentagone - du beau monde ! C'est une véritable multinationale religieuse qui, en tant que telle, développe des stratégies de marketing, de conquête ! Et pour mieux appâter les moins cultivés, les plus pauvres, les Eglises se doublent d'activités économiques et sociales. 

Les missions, c'est un moyen d'asservir les consciences, de se les soumettre ! Les églises évangéliques, c'est une des multiples formes que revêt l'impérialisme américain, un instrument, sournois, discret, mais très efficace, de sa domination, de ma domination, et je ne vous parle pas des ONG, faussement charitables, qu'on trouve un peu partout.

Actuellement, mon "dada" et celui des églises évangéliques nord-américaines, c'est le soutien au peuple d'Israël. Vous allez comprendre pourquoi plus loin dans ce livre.

Là aussi, l'intérêt prime d'abord ! Pour la sincérité, on repassera... Mes soldats Américains ne s'engagent que pour le dollar ou pour Dieu ! Un Dieu bien personnel, et surtout éloigné... du vrai !

Connexion de l’évangélisation avec mes autres alliés

Je vais vous présenter pour illustrer ce genre de connexion, Le CUFI.

Aux USA où les citoyens ont déserté les partis politiques pour rejoindre des Églises évangéliques, la formation de l'opinion publique commence par l'encadrement des fidèles. Alors qu'ils préparaient l'offensive contre le Liban, le Pentagone et Tsahal mettaient en place une fédération des chrétiens sionistes, le CUFI (Christians United For Israel ou Chrétiens Unis pour Israël), avec pour mission de transformer 50 millions d'évangéliques en militants de la guerre.

Pour s'assurer du soutien de l'opinion publique états-unienne dans la guerre contre le Liban - puis la Syrie et l'Iran -, le Pentagone et Tsahal ont mis en place une structure d'encadrement, dès la fin 2005, pour mobiliser 50 millions d'évangéliques. L'axe central de cette opération a consisté à fédérer leurs leaders au sein d'une structure idéologique unique : le CUFI.

La fonction de ce nouveau groupe n'est pas de se substituer à l'AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) en termes de lobbying dans la classe dirigeante, mais de propager la théologie sioniste dans les Églises évangélique et au-delà de sorte que le soutien aux offensives israéliennes soit perçu par une majorité d'États-uniens comme un devoir religieux.

 

En janvier 2006 paraît un ouvrage à sensations : Jerusalem Countdown : A Warning to the World... the Last Opportunity for Peace (Le compte à rebours de Jérusalem : une alerte pour le monde… la dernière occasion pour la paix). Il devient immédiatement et pour trois mois, le principal best-seller vendu en supermarché aux Etats-Unis (pour plus de détails, lire le paragraphe concernant les médias qui sont à mes ordres).

Résumons son propos en essayant de rester sérieux : l'Iran est dirigé par des fanatiques qui veulent rayer Israël de la carte en lançant une bombe atomique sur Jérusalem. Après l'invasion d'Israël par les musulmans et les Russes, une seconde guerre pour le contrôle d'Israël opposera les États-Unis d'un côté à la Chine et l'Union européenne de l'autre. C'est là que surgira l'Antechrist sous la forme du président de l'Union européenne. Enfin une terrible guerre atomique concluera ce cycle. La bataille décisive se tiendra à Meggido (Armaggedon). Alors le Christ radieux pourra revenir sur terre récompenser ceux qui ont cru en lui. Heureusement Tsahal et le Pentagone peuvent faire pencher la balance du « bon côté » en intervenant préventivement, y compris en utilisant de nouvelles bombes nucléaires tactiques. Il faut donc livrer la guerre sans attendre !

L'auteur de ce best-seller militaro-religieux est le pasteur texan John Hagee, la nouvelle star du christianisme sioniste, un de mes élèves surdoués.

 

Après le catholicisme, le protestantisme évangélique

Pendant longtemps, le champ religieux guatémaltèque a été monolithique et d'hégémonie catholique. Depuis l'arrivée des Espagnols au XVIe siècle, le catholicisme, imposé par la force aux populations autochtones, domine la pratique religieuse, influant sur la vie politique, économique et culturelle du pays. J’ai souhaité remettre très sérieusement en question ce monopole par le développement de nouveaux groupes religieux au marketing plus agressif et cadrant mieux avec l’évolution de ma stratégie.

Depuis quelques décennies déjà, j’ai mis en place une nouvelle stratégie… Multiplier les acteurs de l'espace religieux, à tel point que vous trouverez aujourd'hui au Guatemala par exemple plus de 300 sectes différentes : témoins de Jéhovah, mormons, adventistes du Septième Jour, mais aussi et surtout une écrasante majorité de communautés protestantes évangéliques, essentiellement pentecôtistes, d'ailleurs présentes sur l'ensemble du sous-continent latino-américain.

Dans les années soixante, le protestantisme fondamentaliste, financé en grande partie par les multinationales religieuses nord-américaines, développe une véritable stratégie de reconquête de l'« homme latino-américain », avec des campagnes massives de prosélytisme s'inspirant de nouvelles techniques psycho-religieuses et de méthodes de marketing. Des « croisades d'évangélisation en profondeur» s'organisent au Nicaragua (1959-1960), au Costa-Rica (1960-1961), au Guatemala (1961-1962).

On estime qu'actuellement 40 millions de Latino-Américains, environ le dixième de la population totale, sont devenus protestants ou évangéliques. Ce chiffre ne donne toutefois qu'une faible idée du phénomène. En effet, cette minorité connaît une progression accélérée et s'avère plus pratiquante, plus prosélyte et plus encadrée que la majorité catholique. Trois pays sont particulièrement touchés : le Brésil (16 % de la population), le Chili (20 % de la population) et le Guatemala (environ 30 % de la population). Ce dernier détient le record du taux de croissance puisque le nombre de protestants y a été multiplié par sept entre 1960 et 1985, et, si le taux de ces 25 dernières années se maintenait dans les 25 suivantes, en 2010, le Guatemala serait protestant à 127 %.

En outre, la présence évangélique est devenue plus manifeste dans les vingt dernières années grâce à son institutionnalisation dans divers domaines sociaux : l'éducation, la communication. Depuis la fin des années soixante-dix, on remarque également une présence évangélique dans la promotion d'activités de développement économique et social.

Evidemment, des tensions religieuses ont lieu, mais je suis obligé de passer par là ! Vous m’en voyez très peiné !

L'introduction massive de ces sectes dans l'espace religieux a créé une situation de tension entre ces dernières et l'Eglise catholique, jusqu'alors peu concurrencée sur le marché des biens de salut. Le terme « affrontement religieux » a été utilisé à maintes reprises dans la presse guatémaltèque pour qualifier le climat qui règne dans le pays depuis quelque temps. Le mot peut paraître un peu fort. Mais s'il n'y a pas de réel affrontement, du moins pas de manière ouverte et institutionnelle, il est sûr que les deux principaux acteurs du champ religieux se livrent une véritable lutte pour obtenir plus de poids et d'influence et, donc, pour améliorer leur position au sein du champ social. Cette lutte se traduit d'un côté par une multiplication des profanations de lieux et d'objets du culte catholique, attribués aux évangéliques iconoclastes pour qui le culte des images, élément crucial de la religion populaire latino-américaine, n'est qu'idolâtrie. Là ils ont poussé un peu loin, car l’idolâtrie, je n’ai rien contre personnellement !

Le pentecôtisme est le principal moteur de la percée du protestantisme en Amérique latine et aujourd'hui les trois-quarts des convertis s'en réclament. Mais dire que le pentecôtisme est supérieur numériquement ne suffit pas à rendre compte de sa force. En fait, il ne s'agit pas d'un phénomène statique, mais plutôt d'un « phénomène de réveil » dont l'influence se fait sentir jusque dans les autres Eglises protestantes, qui s'efforcent souvent de donner un style pentecôtiste à leurs célébrations et même parfois à leurs structures.

Ces communautés aux caractéristiques sectaires mobilisent l'affect; elles mettent en scène les émotions et accordent une place centrale à la musique et au chant. Leur force réside dans leur aptitude à capter les aspirations et les expressions de la religion populaire et à les transformer en « manifestations de l'Esprit saint ». C'est ainsi que les rites de possession, les dons de guérison, les songes divinatoires et les miracles divers occupent une position centrale dans leur système religieux. Le millénarisme pentecôtiste, son goût pour le prophétisme, son appel aux situations de « transe », et son acceptation de toutes les démonstrations émotionnelles semblent rencontrer un terrain culturel favorable à son développement. Le fait que le Guatemala soit resté un pays profondément indien, où les traditions mayas imprègnent fortement la culture religieuse populaire n'est peut-être pas étranger à son succès. !

Cette utilisation d'éléments religieux autochtones ne doit pas prêter à confusion : il ne s'agit pas de les réhabiliter. Au contraire, le pentecôtisme se caractérise par son intolérance à l'égard des autres cultes religieux. Ce n’est qu’une utilisation temporaire, tactique et purement arriviste J